19 Nalini Moreshwar Nadkarni, écologue (1954 – )

Joanne Clavel

nalini_cedar

Nalini M. Nadkarni est une écologue américaine, pionnière dans l’étude de la canopée des forêts tropicales. Elle grimpe à des centaines de mètres au-dessus du sol pour faire l’inventaire de ces étranges organismes qui vivent à la cime des arbres. Pourtant, c’est dans les interactions entre l’écologie scientifique et la société qu’elle marquera le plus son temps, en développant de nombreux programmes avec des adolescents, des artistes, des croyants, des prisonniers…

Une vie scientifique

Nalini est née dans le Maryland en 1954, d’un père immigré d’origine indienne et d’une mère juive de Brooklyn. Elle étudia l’écologie d’abord à l’Université de Brown (Rhode Island), puis à Seattle à l’Université de Washington où elle obtint son doctorat en 1983.

Elle enseigne l’écologie à l’Evergreen State College d’Olympia, une université avant-gardiste où les professeurs n’évaluent les étudiants que qualitativement et où tous les enseignements sont dispensés de façon interdisciplinaire. Ainsi, les cours se construisent autour de thèmes où les regards des biologistes, des physiciens, des historiens, des philosophes (etc.) se croisent pour tisser des savoirs non exclusifs et globaux.

Ses travaux de recherches sont axés sur l’écologie des canopées des forêts tropicales et plus particulièrement celles du Costa Rica et du parc national au nord d’Olympia. En grimpant à des centaines de mètres au-dessus du sol, elle y découvre de nouveaux organismes et étudie leurs interactions afin de comprendre le fonctionnement des écosystèmes des cimes des arbres. Elle se passionne tout particulièrement pour les épiphytes, ces plantes qui vivent sur les branches et les troncs, qui absorbent leurs nutriments par leurs feuilles, avant de les redistribuer en partie à leur arbre porteur.

Mariée au myrmécologue Jack Longino qui étudie les fourmis de la canopée, ce dernier nomme une espèce de fourmi de son nom Procryptocerus nalini (leurs deux enfants ont également donné leur nom à deux autres espèces).

En 2012, elle rejoint l’Université de l’Utah, professeure au département de biologie, elle est la directrice du Centre d’Éducation aux Sciences et aux Mathématiques.

Des sciences à la société

Le début du 21e siècle marque un tournant dans sa carrière où son implication dans la diffusion des connaissances scientifiques auprès du grand public devient une priorité. Face à la destruction massive de l’environnement, cette démarche lui semble urgente et d’autant plus importante qu’une fraction considérable d’individus vivent désormais séparés et de la science et de la nature.

Science & Art

Une première approche a été la rencontre de l’art et de la science avec le projet Branching out. Des artistes (musiciens, danseurs, plasticiens) et des scientifiques (écologues, économistes) se retrouvent projetés à la cime des arbres pour partager leurs regards singuliers sur la canopée. La diversité des approches : chantée, dansée, dessinée, sculptée permet d’exprimer de nouvelles perspectives, d’explorer de nouvelles idées du fonctionnement de la canopée, mais surtout cette démarche permet d’évoquer un ensemble de valeurs multiple et riche.

En 2006, elle collabore avec la compagnie de danse Capacitor de San Francisco, qui viendra s’inspirer de la forêt tropicale pour sa création Biome (2008). Ce spectacle sera accompagné d’une courte conférence de l’écologue Nadkarni en amont de la représentation, espérant que l’alliance des connaissances et des émotions inciterait le public à s’engager pour la conservation des forêts tropicales. Dans un autre registre, elle travaille avec des adolescents qui ont créé leur propre version musicale de la forêt tropicale, un « rap des cimes », rythmé et urbain, qui inspira par la suite une grande fresque murale.

Science & Spiritualité

Un second projet tente de créer des liens entre science et spiritualité. Les arbres ont une importance spirituelle dans de nombreuses religions. Ils sont considérés comme des symboles ou des manifestations de la connaissance divine, de la vie éternelle ou du renouvellement de la vie. Leur ancrage profond au sol, leur feuillage qui atteint le ciel, leur imposante stature invitent à la prière, à la méditation, à former des ponts entre le commun des mortels et les cieux divins. En allant directement au contact de communautés religieuses, Nalini Nadkarni est sortie des chemins académiques. Son idée est que si les scientifiques peuvent relier leur compréhension de la nature à des valeurs religieuses alors les lieux de cultes peuvent devenir des centres actifs de diffusion de la recherche écologique et de la conservation de la Nature. Plus de 80% des humains sur Terre s’identifient à des croyances spirituelles et religieuses, un nouveau public donc pour transmettre connaissances et valeurs portées par la biologie de la conservation. Ainsi, Nalini intervient dans les églises, les synagogues, les temples…

Science & Prison

Un dernier projet et non des moins louables a été le Sustainable Prison Project (SPP). En 2004, Nalini Nadkarni a la brillante idée de proposer un projet qui mêle étude du vivant et travaux pratiques afin de répondre à des problèmes environnementaux actuels. L’industrie horticole ravage chaque année les forêts humides en collectant des tonnes de mousses afin de conserver l’humidité des coupes de fleurs et autres compositions vivantes décoratives. Elle imagine alors Plants in Prisons dont le but est de faire croître des bryophytes, plus communément appelées mousses, en milieu artificiel. Le pénitentier de Cedar Creek accepte l’expérience et dix prisonniers commencent le projet qui s’étend à un nombre toujours plus important d’établissements partenaires.

Aujourd’hui le programme SPP s’est développé, il propose de l’éducation à l’environnement pour les détenus, à travers des conférences et des ateliers pratiques, mais également par un suivi après la sortie de prison afin de mettre en valeur les compétences acquises. Un véritable programme de recherche et de formation scientifique sur les enjeux environnementaux de notre temps permet de stimuler les incarcérés et de les rendre acteurs de la protection de la nature. Trois programmes principaux sont développés aujourd’hui : l’élevage d’amphibiens en voie de disparition, de pollinisateurs et des pépinières de plantes pour la restauration de prairie.

Le SPP, c’est également une formation du personnel pénitencier et une refonte de toute l’institution qui s’engage en parallèle dans un programme de développement durable (potager bio qui alimente les cantines et autres chantiers en cours d’exploration). Si la communauté académique était sceptique, Nalini Nadkarni a su convaincre autour d’elle et planter des graines dans divers centres de détention de la région de l’état de Washington. Ces graines se sont « développées » dans de nombreux individus et si un tout petit nombre ont poursuivi leurs études scientifiques par la suite, tous ont porté un nouveau regard sur leur propre vie.

Prix obtenus

  • 2001. J. S. Guggenheim Fellowship
  • 2004. A. Leopold Leadership Fellowship
  • 2010. National Science Board Public Service Award
  • 2011. AAAS Public Engagement with Science Award

Références

“Branching out Project”
http://youtube.com/watch?v=T8E8lhHUFUA

Nadkarni, Nalini M. (1981), “Canopy Roots: Convergent Evolution in Rainforest Nutrient Cycles”, Science, vol 214, pp. 1023-1024.

Nadkarni Nalini M. (2004), “Not preaching to the choir: communicating the importance of forest conservation to nontraditional audiences”, Conservation Biology, vol 18, pp. 602-603.

Nadkarni Nalini M. (2006), “The Moss-in-Prison Project: disseminating science beyond academia”, Frontiers in Ecology and Environment, vol 4, pp. 442-443.

Nadkarni, Nalini M. (2009), Between Earth and Sky, Our intimate Connections to Trees, University of California Press, 336 p.

Nadkarni, Nalini and Pacholke D.J. (2013) “Bringing Sustainability and Science to the Incarcerated”, in J. Appleton (ed.), Values in Sustainable Development, Routledge, London and NYC, pp. 235-243

Nerha, Shikha (2011), http://www.global1.youth-leader.org/2011/06/nalini-nadkarni-bringing-life-back-into-prisons-with-sustainable-prison-project/

Ted-Talk, (2009), http://www.ted.com/talks/nalini_nadkani_on_conserving_the_canopy#t-362981

Ted Talk, (2010), http://www.ted.com/talks/nalini_nadkarni_life_science_in_prison

Wild Chronicles: http://www.youtube.com/view_play_list?p=75C0B7D72AFA47AB

http://www.youtube.com/watch?v=z3wMBOP-Z3c&list=PL75C0B7D72AFA47AB&index=7

*